Un truc subtil pour savoir si vos employés sont démotivés

A lire aussi

Le moral peut tomber à zéro, à l'insu de tous... (Photo: Kristina Tripkovic pour Unsplash)

L’employé le plus talentueux ne peut aucunement briller de tous ses feux si jamais il a le moral à zéro, si jamais il broie du noir, si jamais il ne se sent pas à la bonne place. Ou encore, si jamais les dommages collatéraux de la pandémie de COVID-19 l’ont affecté outre mesure: baisse brutale d’énergie, perte du goût de travailler, etc.

Le hic? C’est qu’il est toujours difficile de savoir si un employé est démotivé. Car il est relativement facile de cacher son jeu, de faire croire que tout va pour le mieux, de simuler le 110% quand on ne parvient, en vérité, qu’à donner son 70%. Certains sont même passés maîtres dans l’art de la dissimulation…

Fort heureusement, il existe un truc ultra simple pour avoir l’heure juste à ce sujet. Pour savoir si un employé est vraiment motivé, et inversement s’il est profondément démotivé. Ce truc a été mis au jour par deux analystes du cabinet-conseil en management Gallup, Sangeeta Agraval et Emily Wetherell. Regardons ça ensemble…

Les deux analystes se sont plongé dans les vastes bases de données de Gallup en regardant une chose très précise: le vocabulaire utilisé par quelque 9.000 employés américains lorsqu’on les fait parler de l’entreprise pour laquelle ils travaillent. Une idée ingénieuse puisqu’elles ont ainsi découvert que le vocabulaire était radicalement différent pour deux groupes d’employés distincts: d’une part, les démotivés; d’autre part, les motivés.

> Mots susceptibles d’être souvent utilisés par les employés démotivés

- Paresseux

- Pauvre

- Manquer de

- Mauvais

- Désorganisé

- Lent

- Vieux

- Occupé

- Réactif

- Potins

> Mots susceptibles d’être souvent utilisés par les employés motivés

- Amical

- Ouvert

- Famille

- Travail en équipe

- Collaboration

- Soutien

- Coopération

- Intégrité

- Efficace

- Favorable

On le voit bien, le vocabulaire de ces deux listes concerne quatre caractéristiques fondamentales de la culture d’entreprise. Quatre caractéristiques qui permettent de savoir si, en vérité, votre entreprise est propice à l’engagement des employés, ou au contraire à leur désengagement.

1. Des relations chaleureuses

L’une des clés des entreprises couronnées de succès est la connexion qui existe entre les employés. Si le réseau de connexions est riche, vivant et chaleureux, les employés se sentiront au sein d’une famille bienveillante, ouverte à l’expression de leurs talents propres. L’engagement y est alors potentiellement maximal. À noter que les employés démotivés se sentent, eux, amers du fait d’être exclus d’une telle famille, et donc critiques envers la “famille dysfonctionnelle” dans laquelle ils sont contraints d’oeuvrer.

2. Une grande honnêteté

Des termes comme «ouvert» et «intégrité» reviennent souvent dans les paroles des employés motivés, et sont donc des signes d’une culture d’entreprise basée sur l’honnêteté et l’humilité. En revanche, les employés démotivés parlent plutôt de «potins», ce qui traduit une communication négative au sein de leur entreprise, et donc de la méfiance, voire des comportements destructeurs.

3. Des responsabilités et des résultats partagés

«Famille», «travail d’équipe», «soutien»… Autant de termes utilisés par les employés motivés qui dénotent le fait que le «nous» prime sur le «moi je», et donc que chacun est là pour soutenir et encourager les autres et non pas pour décrocher tout seul la meilleure prime à la performance allouée en fin d’année. De leur côté, les employés démotivés recourent plutôt à des termes comme «pauvre» et «mauvais», ce qui dit tout.

4. Un alignement sur des objectifs communs

Les employés engagés voient les efforts collectifs de manière positive, comme l’indiquent les termes «coopération», «collaboration» et «efficace». Quant à eux, les employés démotivés parlent plutôt de ce qui ne va pas lorsqu’il leur faut travailler en équipe, à coups de termes comme «paresseux», «lent» et autres «désorganisé». Ce qui révèle une certaine léthargie au travail, pour ne pas dire une certaine ingratitude.

«Mine de rien, le vocabulaire de vos employés en dit long sur le moral de ceux-ci, mais aussi sur la culture de votre entreprise, notent les deux analystes dans leur étude. Si jamais vous en veniez à relever, ici et là, des termes désobligeants, l’important est d’en tenir réellement compte et, au besoin, de corriger le tir à propos des enjeux ainsi relevés. Par exemple, si vous notez que les potins gagnent en popularité au sein de vos équipes, prenez-y garde et veillez à faire preuve de davantage de transparence afin que des termes comme «ouvert» et «intégrité» deviennent de plus en plus courants.»

Et de souligner: «Cela est d’autant plus important que vos employés sont toujours vos meilleurs ambassadeurs, ajoutent-elles. S’ils parlent en mal de votre entreprise, il vous sera complexe d’embaucher de nouveaux talents; en revanche, s’ils en parlent en bien, les candidatures talentueuses se présenteront de plus en plus souvent à vous.»

En passant, l’écrivain français Jules Renard a dit dans son Journal: «Le mot est l’excuse de la pensée».

Source: 
Les Affaires