Sept (07) choses exclusives que vous devez connaître cette semaine.

A lire aussi

L'amas des Pléiades est un groupe de milliers de jeunes étoiles chaudes nées en même temps ou presque dans un nuage moléculaire. Il s'agit d'un amas ouvert d'étoiles qui se seront dispersées dans quelques centaines de millions d'années. Le Soleil est née

   1. Bonne nouvelle ! Vous n’êtes pas le seul à mentir sur facebook.

18%, soit moins d’une personne sur cinq dit la vérité, toute la vérité, sur son profil Facebook, Twitter ou ceux d’autres réseaux sociaux. C’est du moins la conclusion d’un sondage réalisé auprès de 2000 Britanniques. Une vaste majorité des personnes sondées dressent un portrait beaucoup plus rose de leur vie qu’elle ne l’est en réalité. Autre fait saillant intéressant de ce sondage: les hommes sont plus susceptibles que les femmes de publier de fausses informations sur leur profil. Ils sont 43% à avoir admis que leur profil social n’est pas un reflet juste de la réalité. Les résultats de ce sondage, réalisé par l’agence de marketing Web Custard, ne vous surprendront peut-être pas tellement. Mais pour les marques, les annonceurs ou même les employeurs, ils sont un bon rappel d’une triste réalité: on ne peut se fier à 100% sur ce qui est présenté sur les réseaux sociaux.

   2. Le sexe des bébés serait déterminé par un virus.

Chez les mammifères, y compris l'être humain, le sexe pourrait être déterminé par une simple modification d'un virus fossile incrusté dans l'un des chromosomes sexuels. En fonction de l'expression ou du silence de l'invité viral, l'avantage serait donné au genre féminin ou masculin. Le sexe d'un fœtus, chez la plupart des mammifères – notamment l'Homme –, serait déterminé par un fragment de virus fossile intégré au génome. C'est ce que révèle une étude parue dans la revue scientifique Nature.

Les virus jouent un rôle important de vecteur naturel dans les transferts de gènes dits horizontaux, c'est-à-dire                                                                                                                               entre différents individus et même différentes espèces (par opposition aux transferts dits verticaux, de parents à descendants).                                                                                                     © Peter Simoncik, Shutterstock

Pour les biologistes, il est déjà admis qu'au moins 8 % de l'ADN humain dérive de fragments viraux. Récemment, des chercheurs avaient également prouvé la présence de deux virus, dans leur intégralité, au sein d'une large part de la population. Quant à leurs fonctions, elles restent largement débattues : une hypothèse qui semble faire consensus serait que l'un de ces restes viraux permettrait à une femme enceinte de développer une sorte de protection pour son fœtus contre ses propres toxines.

   3. Vous avez l’habitude de siester au travail ? C’est une bonne chose… mais

La sieste au travail permet d’accroître la productivité, ont montré une foule d’études. Mais en Espagne, où elle est une institution, la sieste est menacée sur l’autel de la raison économique. Mariano Rajoy, chef du gouvernement, a en effet lancé une croisade anti-sieste le week-end dernier lors d’une conférence de son parti, écrit Euronews. À ses yeux, «la rationalisation des heures de travail dans les entreprises et les institutions espagnoles est primordiale». Son souhait: que la journée de travail se termine à 18h, tous les jours. Les Espagnols travaillent 40 heures par semaine, mais font une pause de deux à trois heures en milieu de journée. Ils reprennent le travail à 17 heures, quand les bureaux ferment dans d’autres pays. Au Cameroun, cette question ne se pose pas. Car, beaucoup pensent que, bien qu’il soit supposé travailler 48h par semaine, ce temps est aussi le temps simultané de la sieste. Sauf que, dans le cas du Cameroun, la sieste au travail nuit plutôt la productivité à encore les avancées au niveau économique… Mais bon, peut être qu’un excès de sieste est un problème ?

   4. Une fourchette électrique qui simule le goût du sel

Surconsommé, le sel peut s’avérer dangereux pour la santé. Des chercheurs japonais ont mis au point une fourchette électrique qui stimule les papilles pour reproduire le goût du sel au moment où la personne porte les aliments à la bouche. Encore au stade de prototype, cette technologie vise à améliorer le quotidien des personnes soumises à un régime sans sel strict.

De manière générale, nous consommons trop de sel. De 9 à 12 grammes par jour en moyenne, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), soit deux fois l’apport maximum recommandé. Cet apport excessif devient dangereux lorsqu’il est continu car il contribue à l’hypertension artérielle et augmente le risque de maladie cardiovasculaire, d’accident vasculaire cérébral (AVC) et d’infarctus du myocarde. La surconsommation de sel est principalement liée aux modes d’alimentation modernes qui reposent largement sur des aliments très transformés, des plats préparés plus riches en graisses saturées, acide gras trans, sucre et sel.

La fourchette électrique développée par l’université de Tokyo est munie d’un bouton qui permet de                                                                                                                                       déclencher la stimulation électrique au moment où elle entre en contact avec la langue. © Nikkei Technology

Le système est dérivé d’une application qui utilise l’électricité pour tester le fonctionnement des papilles gustatives. Soumise à un courant, la langue ressent les sensations de salé et d’aigreur, ce qui a donné l’idée aux scientifiques nippons. Leur prototype de fourchette intègre un circuit électrique et une batterie rechargeable dans le manche. Lorsque la personne porte les aliments à la bouche, elle presse simultanément un bouton qui va déclencher la stimulation électrique et créer un goût de sel pour relever les mets. Cela nous donne envie de penser aussi à un plat bio qui évaluerait la quantité de calories que porte de notre plat afin de faire une soustraction au fur et à mesure que l’on mange… En attendant, utilisons déjà la fourchette électrique.

   5. Vous connaissez le DSK du sexuelle, mais pas celui de l’évasion fiscale ? Lisez !

DSK. Cela vous rappelle quelque chose? La société d'investissement luxembourgeoise LSK, présidée par l'ex-patron du FMI Dominique Strauss-Kahn(DSK) jusqu'en octobre 2014, a créé 31 sociétés dans des paradis fiscaux, affirme Le Monde dans le cadre de la vaste enquête sur les «Panama papers». Selon le quotidien, qui a eu accès aux documents provenant du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, LSK a aidé des clients à ouvrir et à administrer des sociétés aux Seychelles, aux îles Vierges britanniques, au Panama et à Hong Kong. «La plupart ont servi à ouvrir des comptes en banque domiciliés en Suisse, au Luxembourg, au Panama ou à Hongkong — un montage souvent utilisé pour dissimuler l’identité réelle des bénéficiaires des fonds», écrit l’AFP, relayant l’information du Monde. Contacté par le quotidien, son entourage fait valoir qu'il «n'était pas impliqué dans la gestion quotidienne du fonds, et encore moins dans les activités de gestion de fortune» et qu'il «n'était pas au courant de cette activité de domiciliation offshore». M. Strauss-Kahn est déjà visé par plusieurs plaintes déposées par d'anciens actionnaires de LSK, qui estiment qu'on leur a présenté, au moment de leur investissement, une situation financière du fonds non conforme à la réalité. Pauvre DSK, il n’a pas fini de faire les manchettes. Sexe et argent sont définitivement de bons amis!

   6. Vous transpirez souvent lorsque vous êtes stressés. Pas vrais ? On vous dit pourquoi.

Les battements cardiaques ou la sudation sont deux exemples parmi d’autres de phénomènes qui échappent totalement à notre contrôle. Le stress peut ainsi se traduire par de la transpiration. En effet, les battements cardiaques ou la sudation sont gérés par un système nerveux autonome, que l’on appelle le système neurovégétatif. En réponse à une situation émotionnelle, comme le stress, ce système nerveux va libérer certaines hormones, les catécholamines. Le stress et la transpiration serait donc la faute aux catécholamines.

Les catécholamines les plus connues sont l’adrénaline, la noradrénaline et la dopamine. Le taux de catécholamines dans le sang augmente alors, provoquant des modifications physiologiques, notamment une surexcitation des glandes sudoripares. Cela explique la transpiration excessive de type mains moites, sueurs froides, etc., pendant les moments de stress.

   7. Le champ magnétique terrestre peut dire merci à la Lune

Le champ magnétique terrestre nous protège chaque jour des particules chargées et des radiations issues du rayonnement solaire. Mais comment a-t-il réussi à se maintenir jusqu’à aujourd’hui ? Selon le modèle classique, c'est grâce au noyau terrestre, qui se serait refroidi d’environ 3.000 degrés au cours des derniers 4,3 milliards d’années. Cependant, une nouvelle étude suggère au contraire que la température au cœur de la Terre aurait baissé de seulement 300 degrés. L’action de la Lune, négligée jusqu’à présent, aurait alors compensé cette différence pour maintenir la géo-dynamo active.

Les effets gravitationnels associés à la présence de la Lune et du Soleil induisent sur Terre                                                                                                                                                              la déformation cyclique du manteau et des oscillations de l’axe de rotation. Ce forçage mécanique                                                                                                                                                appliqué à toute la Planète induit de forts courants dans le noyau externe constitué d’un alliage de                                                                                                                                                    fer de très faible viscosité. Ces courants sont suffisants pour générer le champ magnétique terrestre.                                                                                                                                            © Julien Monteux, Denis Andrault

Bonne semaine.

Source : Le monde, Lesaffaires, Futura science, Business Insider.

Source: 
IMFURA