Quebec : Quand le génie se penche sur les batteries électriques

A lire aussi

@DR

Quels sont les projets de recherche les plus intéressants en électricité dans le monde des universités et des start-up ? Nous avons donné un coup de sonde et trouvé cinq initiatives qui retiennent l'attention. Exemple: des batteries plus efficaces.

À l'Université de Sherbrooke, on mène des travaux complémentaires à ceux de l'UQTR depuis un an, à la Chaire de recherche du Canada sur l'hybridation du stockage d'énergie dans les véhicules électriques à haut rendement.

Le professeur titulaire de la chaire, João Pedro Fernandes Trovão, explique que ses travaux portent sur la combinaison de deux sources d'énergie afin de rendre les véhicules électriques plus performants. Il jumelle des batteries et des supercondensateurs.

Les travaux peuvent être divisés en trois : les sources d'énergie, l'électronique de puissance et la motorisation.

M. Trovão, aussi professeur au Département de génie électrique et de génie informatique, explique que les batteries ont, à l'inverse des supercondensateurs, une grande densité d'énergie et une petite densité de puissance. «Nous croyons donc qu'il est possible de prolonger la durée de vie utile des batteries en les jumelant aux supercondensateurs», explique-t-il.

De cette manière, les véhicules solliciteraient davantage les supercondensateurs au cours des accélérations et se reposeraient davantage sur les batteries une fois leur vitesse de croisière atteinte.

Le professeur ajoute qu'il est très difficile, à l'heure actuelle, de trouver un moteur ayant un haut rendement sur toute la plage des vitesses d'un véhicule. «On a des moteurs qui sont adaptés pour les accélérations au démarrage, mais qui perdent du rendement à vitesse élevée. Pour d'autres, c'est l'inverse. Nous essayons de trouver le meilleur des deux mondes», dit-il.

M. Trovão veut également découvrir une façon efficace de transférer l'énergie du freinage aux batteries, ce qui pourrait, selon lui, prolonger la durée des charges de 30 %. «Il y a beaucoup de pertes de ce côté, car on limite la puissance de recharge des batteries pour ne pas les user prématurément», dit-il.

La chaire concentre ses efforts sur les véhicules urbains avec l'objectif d'améliorer l'efficacité des piles de 20 % d'ici la fin de son cycle de recherche, dans quatre ans.

Source: 
Les Affaires