Promote 2017, Présentation du réseau Infotel, émergence du numérique

A lire aussi

A lire aussi

De gauche à droite, Nana Panyong, Dr Kamanou, et Patrick Mveng, Photo: IMFURA

C’est un Ferdinand Nana Panyong toujours aussi de bonne humeur, qui, sans langue de bois, demande à Mr Kamanou, le PDG et fondateur de GTS infotel s’il est en règle, car dit-il « il me souvient que vous ayez été mis sur la liste des opérateurs qui opéraient dans l’illégalité. » À question directe, réponse directe : « vous ne serez pas inquiété par rapport à votre présence ici. Nous sommes bien en règle avec l’administration compétente et il y a, d’ailleurs, un représentant du Minpostel dans cette salle. »

C’était ainsi le début d’une conférence qui avait débuté à 12h36, alors que Mr Nana Panyong étale l’ordre du jour qui prend en compte le mot du Président, Pierre François Kamanou. Dans une brève et sobre présentation, l’auditoire apprendra pour la circonstance, que Mr Kamanou, est un Ingénieur diplômé de SUPELEC Paris, une école dont le sieur, actuel Président du SENAT, Marcel Niat Njifenji en est l’un des premiers et meilleurs pensionnaires. La suite de la présentation devra toucher une présentation de l’Application mobile mobinawa qui débouchera sur une phase questions réponses.

Mot du Directeur Général GTS-Infotel Cameroun

L’essentiel de son propos est le suivant : il est important de trouver une liaison entre les opérateurs de télécommunication et les concepteurs d’application. Cela créera des emplois et permettra à « l’économie numérique », tant promu par le chef de l’État, Paul Biya, de mieux se porter, et surtout, d’assurer la sécurité digitale de notre pays. C’est ce qu’apporte le réseau GTS-Infotel

Pour avoir contribué à toute les réunions d’envergure pour accompagner le Cameroun dans son aventure numérique, à 56 ans, l’ancien pensionnaire de l’université de Yaoundé constate qu’on a fait beaucoup de chemin, mais il reste beaucoup à faire dans le domaine des IP. Par exemple : « le taux de pénétration mobile au Cameroun est de 80%, or le taux de pénétration Internet mobile est de l’ordre de 5%, en dessa de la moyenne africaine qui est de 8% ». Ci-dessous, les données importantes sur la pénétration digitale au Cameroun et en Afrique.

Présentation de l’écosystème digital au Cameroun

Tout commence par une présentation de l’environnement internet et télécom au Cameroun. Le schéma ci-dessous en décèle une typographie.  Un peu technique, on peut comprendre qu’il prend en compte, les entreprises et les développeurs d’applications qui ne nécessitent pas de licence pour exercer. D’un autre côté, on a le réseau télécom (3G, 4G, GSM).

La fin se trouve être les utilisateurs numériques. Dorénavant, au milieu entre les premiers et les deuxièmes, il va falloir compter le réseau Infotel qui va accroître la productivité des développeurs et autres. Car, jusqu’à présent, chaque opérateur essayait de produire des services uniques personnalisés pour leurs utilisateurs, ce qui selon le Dr Kamanou « n’était pas bénéfique pour notre économie digitale ». 

Fournisseurs SVA / Opérateur SVA

Il y a deux catégories d’exploitation des SVA mobiles conformément aux deux types de régimes SVA.

1.      Fournisseurs SVA de contenu sur numéro courts (régime de déclaration) : Ne disposant pas de réseau, ils doivent intégrer chacun de ses sva à chaque réseau GSM dans des conditions techniques et commerciales fixées par MNO.

2.      Operateur SVA d’entreprises sur numéros long SVA (régime licence).  Disposant de son propre réseau virtuel de communication IP de bout en bout, il a droit à l’interconnexion de son réseau aux autres réseaux fixes et GSM afin de permettre aux abonnés GSM d’accéder à des services SVA (en mode pull&push). Retenons ici que ce dernier n’existait pas encore nous le rappelle l’hôte du jour. Avant de préciser qu’il est important que tout bascule en IP car « remarquez lorsque vous lancez un appel via IP ou GSM, le niveau de qualité d’une communication par IP est meilleur à celui produit par le GSM. »

Il est certain que le langage des télécommunications ne saurait être accessible aussi facilement à un large public. Cependant, IMFURA qui a couvert la conférence s’est donné pour mission de le rendre le plus simple possible. Définissons un tant soit peu le sigle SVA.

Définition SVA Mobile

C’est un Service de communication et/ou de contenus numériques hébergé dans une plateforme d’application et offert par une entité pour être accessible aux abonnés mobiles, par appel du numéro SVA attribué au service (mode pull). Exemple : lorsque nous émettons des appels. Ou par terminaison d’appel (mode push) sur différents canaux. Exemple : chaque fin du mois, une entreprise peut décider de nous envoyer notre facture d’électricité dans nos ordinateurs de façon automatique. Ce qui est encore rare de nos jours. Donc nous avons :

·         SVA Canaux GSM (Voice, sms, ussd)

·         Canaux internet Mobile (Voice/Vidéo, SMS/MMS)

Pour réussir une bonne implantation du réseau Infotel, Mr Kamanou affirme que la qualité et le niveau d’internet se doit d’être améliorer. Il dressse une liste non exhaustive des points en prendre en compte. Le schéma ci-dessous montre l'architecture de la solution GTS - Messaging pour les entreprises.

Pourquoi le réseau Infotel est-il une nécéssité pour l'économie digital au Cameroun?

·         Accroître le déploiement de la bande passante internet (fibre optic, wimax, 3g/4g). Il est important de le faire, même si la qualité de service n’est pas stable.

·         Accroître la migration de l’infrastructure IT sur site vers le cloud IT infrastructure as a service (Iaas)

·         Disparition progressive des numéros fixes. Dr Kamanou prédit la disparition des téléphones fixes d’ici 2020.

·         Augmenter l’usage des ipbx with GSM Gateway ou ADC (No DID number (numero virtuel))

·         Difficultés pour les entreprises de communiquer avec un seul numéro. Exemple une entreprise dispose d’une dizaine de numéros or certains ne marchent pas. Dans ce contexte on se demande s’il est possible pour un particulier d’enregistrer un si grand nombre de numéro dans son téléphone juste pour une entreprise.

·         Le numéro mobile est devenu le numéro professionnel et ce n’est pas normal : cela va permettre de réduire les fraudes y compris ceux qui utilisent les numéros frauduleux pour tromper les usagers.

·         Il n’y a pas de statistiques mensuelles des appels professionnels (entrant ou sortant). Il n’est même pas possible pour une entreprise de savoir combien d’appels sont reçus et combien ont été traités. Un tel résultat serait pourtant bien pour améliorer la qualité du service client.

·         Très mauvaise qualité du service client. Malheuresement, regrette le Dr, certaines entreprises se targuent être meilleures en service client. On se demande bien sur quelle base!

·         L’adoption des services OTT (wasapp, twitter, facebook) pour des besoins professionnels. MTN a un numéro wasapp pour son service clientèle. C’est dire combien le positionnement d’infotel est précieux.

·         La plus part des entreprises pour améliorer leur service client mettent en place des applications mobiles.

Remarque importante : concernant les emails, le Docteur d’Ingénieur, par ailleurs diplômé de SUPTELECOM Paris, a un propos révélateur pour notre pays : « la plupart de nos mails sont sur yahoo ou gmail. Donc, si ces derniers coupent nos comptes, on n’a plus rien de numérique. Cette remarque est valable pour wasapp ou Facebook et autre. » Tous ces points justifient clairement l’importance du réseau infotel qui est par ailleurs porteur du projet de l’application mobinawa que nous présentons dans un autre article.

En substance, on peut déjà savoir que mobinawa est une application mobile utilisable partout, sur (Android, IOS) pour les appels, les sms, les mms etc, permettant d’interagir via les entreprises à travers un numéro infotel. L'image suivante représente l'application mobinawa.

Pour la fin

C’est sur une promesse religieuse que le premier Directeur Général de Telecel Gabon (3ème opérateur mobile GSM), Mr Kamanou va clore son propos, justement en rapport à mobinawa : « la phase pilote de l’application mobinawa va s’étaler sur deux ou trois mois. Les entreprises doivent s’enregistrer et réserver 3 numéros d’ordre de préférence. Les 100 premiers auront une configuration technique du système complet. A l’issue de cette phase, on passera à la phase commerciale qui débutera dans près de 5 mois. Le Cameroun sera le premier pays à intégrer le réseau infotel avant qu’il ne se lance au Nigéria. Comme cela a été le cas pour le GSM en Afrique. »

Comme vous, cette dernière phrase a séduit Mr Nana Panyong qui n’a pas hésité de manifester sa reconnaissance au Dr Kamanou pour son expertise et surtout son patriotisme pour son pays. Car, dit-il « il aurait pu lancer cette première innovation du genre dans n’importe quel pays en Afrique. Mais il a choisi son pays. C’est très bon signe ! ». Sa conclusion est plus souple : « je retiens de ce projet trois choses : performance – productivité – coût à la portée des entreprises et des institutions jusqu’au PME et TPE ».

Voilà qu’à 14h57, une salle de près de 150 personnes s’est régalée de la dernière technologie de l'entreprise GTS. Les uns et les autres demandant que les séances d’informations comme celle-là continuent de plus belles. Plusieurs entreprises étaient présentes au nombre desquels, Creolink communication, la CNPS, Razel, quelques ministères et bien d’autres. Dr Kamanou affrime que « des contrats ont déjà été signés avec quelques structures à l’égard de la Campost, présente dans la salle. Celui avec la CNPS est en cours ».

For more information: twitter: @pfkamanou

Infotel number: 811 111 000 – Ext: 111. Portail web: in.gts-infotel.com, mobinawa.cm.

Togheter for mobile life

 

Source: 
IMFURA
Hors Série n°1