Le FMI croit encore au plan Trump pour doper la croissance américaine

A lire aussi

Photo: Gettyimages

Le FMI a laissé inchangées mardi ses prévisions d'accélération de la croissance aux États-Unis, prenant acte du regain de confiance impulsé par Donald Trump tout en pointant le flou de son plan de relance.

Comme prévu en janvier, le produit intérieur brut des États-Unis devrait progresser de 2,3% cette année et de 2,5% en 2018, marquant une nette accélération par rapport à la performance en demi-teinte de l'année dernière (1,6%), a indiqué le Fonds monétaire international dans son rapport semestriel sur la conjoncture.

Moins de 100 jours après l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, le FMI continue donc de croire à une accélération de la croissance américaine à court terme sur fond de promesse de dérégulation et de baisses d'impôts sur les sociétés.

«Jusqu'à maintenant, le changement attendu de politique économique a dynamisé les marchés financiers et renforcé la confiance des milieux d'affaires, ce qui pourrait alimenter encore davantage l'élan actuel», écrit le Fonds monétaire international, notant que la croissance était auparavant freinée par de faibles investissements.

Selon le Fonds, cet optimisme est en particulier alimenté par le plan de relance budgétaire que le président a promis d'engager, notamment par une politique de grands travaux de 1000 milliards de dollars.

Le FMI souligne toutefois que «l'ampleur et la nature» de ce plan reste entouré d'incertitudes et met en garde contre de possibles effets pervers.

Si le levier budgétaire était actionné de manière trop vigoureuse, l'inflation pourrait ainsi grimper et forcer la banque centrale américaine à fermer le robinet du crédit plus vite que prévu, au risque de provoquer des turbulences financières.

Autre promesse de M. Trump, la réforme de la fiscalité des entreprises, qui passerait notamment par une réduction de l'impôt sur les bénéfices, est elle aussi porteuse d'incertitudes.

Sur le plus long terme, le FMI se montre par ailleurs beaucoup plus pessimiste que le pensionnaire de la Maison Blanche. Dans un «horizon lointain», le potentiel de croissance américain ne sera que de 1,8% alors que M. Trump a assuré pouvoir atteindre une expansion économique de 4%.

 

Source: 
AFP