Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: media_youtube. In order to fix this, put the module back in its original location. For more information, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1128 of /home/imfura/public_html/includes/bootstrap.inc).

La vérité sur l’abstention du Cameroun lors de la signature de la convention de Lomé.

A lire aussi

A lire aussi

le ministre de la Justice Laurent Esso

L'avant-projet de la Charte de Lomé a été rédigé et présenté par un Comité Ministériel Technique présidé par le Ministre Camerounais de la Justice qui y représenté le Cameroun. Curieusement, en qualité de représentant du chef de l’Etat du Cameroun, il n’a pas reçu mandat pour signer cette convention.

Au nombre des États non-signataires, le Cameroun faisait figure de poids lourd. Pourtant en pointe dans la lutte contre la criminalité maritime, il n’avait pas signé la Charte de Lomé, adoptée par les chefs d’État de l’Union africaine, réunis en sommet le 15 octobre à Lomé, au Togo.

Ce n’est cependant, selon nos informations, que partie remise et le Cameroun va bien signer le texte prochainement. « Nous ne pouvions pas signer à Lomé car notre chef de délégation [le ministre de la Justice Laurent Esso, en l’absence du président Paul Biya ou de son ministre des Affaires étrangères, NDLR], n’avait tout simplement pas reçu le mandat pour le faire », explique Simon Mbida, représentant camerounais auprès de l’Union africaine, à Addis Abeba.

 « Nous allons le signer prochainement, dès que notre ambassadeur en aura reçu le mandat », explique encore le diplomate. Le Cameroun, qui avait été à l’origine d’une tentative de réglementation au sommet de Yaoundé sur la sécurité maritime en 2013, a obtenu, toujours selon notre source, toute satisfaction quant à ses revendications sur le texte. « La charte nous satisfait pleinement et toutes nos préoccupations ont été pris en compte. Nous n’avons donc aucune raison de ne pas signer », conclut Simon Mbida.

Source: 
IMFURA