La PME Exchange à Douala. Une participation non sans questionnement.

A lire aussi

L’entrée à l’espace ouvert de l’Hotel Sawa ce samedi 05 Décembre 2015 était plutôt sans pression. L’affluence escomptée lors de l’ouverture de la PME Exchange Forum, aura réservé quelques surprises.  L’inauguration du ministre supposé se balader dans les couloirs des stands d’exposition n’a vraisemblablement pas eu lieu. Peut-être avait-il eu la même sensation que Moussa qui nous a fait savoir qu’il ne se déplacera pas pour rien, supposant ainsi que le forum sera improductif.

Ce qui est certain, l’équipe Imfura a fait le déplacement et la surprise est grande. Pour une ouverture supposée à 09h tous les stands ou presque étaient encore en installation à 15h à l’exception de quelques-uns à l’entrée du forum, supposé faire belle image.

Nous n’avons plus de cartes de visite.

Cependant ce semblant de bonne prestance laissera quelques interrogations sur le but réel ou supposé du forum lorsqu’à la question : Pouvons-nous avoir votre carte d’affaire ? Un responsable de stand répondra : « uuhh désolé, nous n’en avons plus. » Nous sommes pourtant les premiers visiteurs de ce stand. Par la suite, nous faisons le pas dans le stand d’une banque bien réputée dans le pays du milliardaire Fotso Victor. Le personnel somnole sur un canapé en cuir marron. Quelques dépliants sont posés sur les tables. Après que nous nous soyons servis, nous allons décider de discuter avec une d’elle sur la possibilité de financement des Start up en lancement. La dame, d’un air dérangé, va nous répondre sèchement : « Vous n’avez pas pris la documentation ? Allez lire. » En cœur, un des membres de notre équipe chuchote, « vous êtes pourtant là pour parler avec vos futurs clients et prendre des rendez-vous avec eux. »

Plus loin dans un autre stand aux alentours de 16h, une amie, responsable d’un stand est en pleins travaux d’installation. À la question de savoir pourquoi n’êtes-vous pas encore opérationnel ? Elle répondra dans un air stressé : « Nous (les exposants) avons été informés hier en fin de soirée. » Avant de trancher : « Il se pourrait qu’il y ait des problèmes d’organisation. »  Nous n’avons malheureusement pas pu entrer en contact avec l’un des responsables de premier rang du forum. Le personnel présent était plutôt constitué de bénévoles incapables de nous donner les moindres détails sur l’organisation pratique. 

Récapitulons : Sur la trentaine de stands que nous avons visitée, nous sommes ressortis avec trois cartes d’affaires et avons pu parler de façon éclairée avec six entreprises. Dans les autres stands, nous avions plus l’air d’être en contact avec des distributeurs de documentation—que nous ne lirons surement pas – totalement. Cette problématique vient interpeller nos dirigeants sur la raison d’être de leurs actions et par-delà leurs stratégies.    

  Être disposé à la discussion lors d’un forum est comparable à la fraicheur qui fait germer les graines.

On ne cessera jamais de le dire, l’entreprise existe parce qu’elle doit répondre à un besoin : Mettre à l’épreuve l’expertise de l’entreprise afin d’apporter les solutions aux problèmes des consommateurs. Si nous sommes d’accord sur cette définition, on peut aussi être d’accord avec l’une des raisons fondamentales de l’existence des forums et des foires d’affaire. Ils permettent de créer entre le consommateur et l’entreprise une confiance. Un forum est donc un endroit où l’entreprise a plus que jamais la chance d’être devant une pléthore de ses clients réels, futurs ou supposés. Être donc disposé à la discussion lors d’un forum est comparable à la fraicheur qui fait germer les graines.

De l’autre côté, les organisateurs doivent se donner assez de moyens pour prétendre à une préparation exemplaire. Que l’on soit âgé de plus de 60 ans ou non, que l’on soit intellectuel ou non, il est évident qu’être informé de sa participation à un forum, fut-il encore celui relatif à l’entrepreneuriat, à la veille du lancement officiel peut-être équivalent à prétendre faire la cuisine sans casserole. Bon vent à la PME Exchange dont nous louons à sa juste valeur l’initiative. Le Cameroun en a définitivement besoin de telles rencontres. 

Source: 
IMFURA