La Banque mondiale remet en question l’extension de la centrale à gaz de Kribi

A lire aussi

PhotoI inc.

Au Cameroun, le projet d’extension de la centrale à gaz de Kribi ne serait plus compétitif. C’est ce qu’ont confirmé plusieurs analystes de la banque mondiale et qu’a annoncé aux autorités du pays Mulyani Indrawati (photo), la directrice des opérations de la Banque mondiale, il y quelques jours.

La raison serait bien évidemment liée aux fluctuations du prix du gaz, ce qui inquiète les autorités de l’institution de Bretton Woods. L’institution s’est néanmoins engagée à financer le projet d’une valeur de 65 milliards de FCFA « à condition que son horizon économique soit plus clair ».

Mais sur le terrain, les négociations entre la Kribi Power Development Corporation (KPDC) et le consortium SNH et Perenco, qui extrait, raffine et vend le gaz, avaient permis de fixer le prix du gaz à 1450 francs CFA le millier de pieds cube. Mais dans cadre du projet d’extension qui doit faire passer la production de 216 à 330 MW, le prix d’achat du gaz a été fixé à 2575 francs CFA le millier de pieds cube, explique News Du Camer.

Ainsi donc, d’après Fréderic Mvondo, le DGA de KPDC, il convient de constater que le gap entre les deux prix est réellement important. Ce dernier tempère toutefois par rapport aux inquiétudes des analystes de la banque mondiale en affirmant que ce projet ne pose en réalité aucun problème. « Les parties engagées dans le projet travaillent à définir des conditions optimales pour le viabiliser », a t-il ajouté.

Toutefois, la Banque mondiale a salué et encouragé les négociations entre les trois parties qui doivent trouver un accord sur un prix de gaz capable de minorer les coûts de consommation de l’énergie électrique produite par l’extension de la centrale. Pour permettre à KPDC de mieux rentabiliser le projet d’extension de la centrale, l’idéal serait un prix en deçà de 2 080 FCFA, a prévenu le partenaire financier. Or, sur le marché international, il gravite actuellement autour de 1310 FCFA.

Source: 
Investir au Cameroun