Geocoton envisage un investissement de 60 milliards de FCFA à condition de prendre le contrôle de la Sodecoton

A lire aussi

Coton

Le Magazine Investir au Cameroun fait savoir que Geocoton ambitionne clairement de prendre le contrôle de la Sodecoton, en devenant l’actionnaire majoritaire de l’entreprise. Cette option d’une prise de participation majoritaire, aurait été discrètement soumise aux autorités camerounaises. 
Il faut rappeler que le PDG de Geocoton qui détient 30% du capital de la Société de développement du coton (Sodecoton), était arrivé au Cameroun en juillet 2020. Au terme d’une audience au palais de l’Unité, avec le secrétaire général de la présidence de la République, Abbas Jaber n’avait pas caché les ambitions du groupe qu’il dirige pour le Cameroun.

Comme le renseigne le magazine Investir au Cameroun, Pour aguicher l’État du Cameroun, qui contrôle 59% des actifs de la Sodecoton, Geocoton propose un plan d’investissements de 60 milliards de FCFA, sur une période de 7 ans. Celui-ci prévoit, la modernisation des 9 usines pour dépasser les 42% de rendement et atteindre une capacité de transformation de 2 500 tonnes par jour ; l’augmentation du rendement égrenage avec un objectif de 43% ; la construction de trois nouvelles usines d’égrenage dans la perspective d’une production de 600 000 tonnes de coton graine dès 2025.

La partie camerounaise n’est pas en faveur de ce plan, principalement à cause de l’option d’une prise de ontrôle du capital de l’entreprise. Selon toujours le magazine, à cause du caractère sensible de la Sodecoton, pour la préservation d’un certain équilibre socio-économique dans la partie septentrionale du Cameroun, l’État n’est pas disposé à céder une part de ses actifs dans l’entreprise au profit de Geocoton.
Les mêmes sources révèlent que le milliardaire camerounais Baba Danpullo, qui contrôle également 11% des actifs de l’entreprise et ne rechignerait pas à augmenter son portefeuille d’actifs, ne verrait pas non plus d’un bon œil une cession desdits actifs à Geocoton.
 

Source: 
IMFURA et Investir au Cameroun