Eneo, filiale du britannique Actis, aura besoin de 40 ingénieurs et de 80 techniciens par an les 5 prochaines années

A lire aussi

0

A l’occasion de la remise des prix de l’édition 2016 du concours Stem (Science-Technology-Engineering-Maths) visant à encourager la recherche en Afrique, Joël Nana Kontchou, directeur général de Energy of Cameroon (Eneo), filiale camerounaise du britannique Actis dans le secteur de l’électricité, a déclaré à Yaoundé, le 28 octobre, que Eneo aura besoin d’environ 40 ingénieurs et de 80 techniciens par an.

Les profils recherchés incluent ceux des domaines aussi variés que la mécanique, l'électronique, l'informatique, la télécommunication, la construction, la logistique et l'architecture. Joël Nana Kontchou a déclaré que Eneo va également travailler avec les jeunes start-ups d'entreprise qui développent des solutions appliquées à la téléphonie mobile, des solutions d'énergie éolienne, et des systèmes d'intégration des compétences.

Néanmoins, le DG d’Eneo a regretté le fait que seulement 25% d’étudiants (sur environ 500 000) au Cameroun soient inscrits de nos jours en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques. En outre, les femmes sont sous-représentées dans ces domaines, ce qui, pour lui, est un réel souci.

Et pourtant, de nombreux projets structurants sont soit en cours, soit annoncés au Cameroun, avec un besoin croissant de main d’œuvre qualifiée. « Au rythme actuel de la formation dans les métiers Stem, il sera difficile de réaliser ces projets avec les ressources locales », a prévenu Joël Nana Kontchou dont l’entreprise emploie plus de 3700 personnes.

S.A.

Source: 
Investir au Cameroun