Du nouveau dans la fiscalité du secteur hôtellerie et hébergement au Cameroun

A lire aussi

0

La loi de finances 2017 de la République du Cameroun, actuellement en cours d’examen par les députés à l’Assemblée nationale, pourrait déboucher sur l’institution de nouvelles taxes dans le secteur de l’hôtellerie et de l’hébergement, apprend-on de bonnes sources.

En effet, dans les propositions du gouvernement soumises à l’appréciation des parlementaires, il est prévu d’instituer une taxe de séjour variant de 500 à 5000 francs Cfa par nuitée d’hôtel, en fonction du standing de la structure d’hébergement dans laquelle les touristes descendent sur le territoire camerounais.

Par ailleurs, le gouvernement propose d’assujettir les propriétaires des appartements meublés au paiement de l’Impôt sur les sociétés (IS) et à la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA). L’Etat camerounais entend, par cette mesure, tirer avantage de la prolifération dans le pays de ces types de structures d’hébergement, qui, depuis quelques années, livrent une concurrence farouche aux hôtels. Sans pour autant avoir les mêmes obligations qu’eux vis-à-vis du fisc.

Au demeurant, si l’institution de ces impôts permettra au Trésor public de se renflouer quelque peu, dans un contexte de baisse généralisée des recettes pétrolières dans les pays producteurs, elle pourrait cependant induire une augmentation des coûts des prestations dans ces structures d’hébergement.

Source: 
IMFURA