Message d'erreur

  • Warning : simplexml_load_string(): Entity: line 105: parser error : xmlParseEntityRef: no name dans eval() (ligne 19 dans /home/imfura/public_html/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Warning : simplexml_load_string(): <title>assistant(es) administratif & et des rh</title> dans eval() (ligne 19 dans /home/imfura/public_html/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Warning : simplexml_load_string(): ^ dans eval() (ligne 19 dans /home/imfura/public_html/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).

Cybercriminalité et transactions numériques

A lire aussi

A lire aussi

Charles Gnoga DIKDIM, @IMFURA

Le 20 décembre 2017 au palais des congrès à yaoundé a eu lieu un séminaire sur la « lutte contre la cybercriminalité et le développement des mécanismes de sécurisation des transactions numériques au Cameroun. »

Dans son propos introductif, Charles Gnoga DIKDIM affirme qu’à partir des technologies de l’information et de la communication, on peut faire beaucoup de chose, notamment la recherche et les affaires à travers la vente et l’achat des services et produits.

Malheureusement, à coté de ses actions louables, on dénombre un grand nombre d’actions ignobles à l’exemple du cyber-espionnage ou de la cyberpornographie pour rester gentil.

Pour évaluer l’ampleur du problème, l’enseignant souligne qu’aux USA, on peut évaluer les actions de cybercriminalité à plus de 15 milliards de dollars annuel. Au Cameroun, en Octobre 2015, une entreprise a perdu plus de 15 millions de FCFA. C’est dire la généralité du fléau.

Tout en mettant en garde ceux qui s’attellent à ce genre de pratique, Mr Charles Gnoga rappelle qu’il existe dans l’environnement camerounais, des textes de loi et arrêté qui règlementent les pratiques des TIC en ce qui concerne la cybercriminalité au Cameroun.

« D’ailleurs, de plus en plus, les opérateurs et fournisseurs de réseau s’attellent à démanteler de large réseau à travers le mobile. »

Pour terminer, notre conférencier liste de façon non exhaustive les risques auxquels les entreprise se confrontent : La fraude, l’usurpation d’identité, le détournement des comptes clients, le piratage et dans tous ces cas, des testes existent bien qu’ils soient incomplets.

Ce qui est rassurant, c’est que le MINPOSTEL compte finaliser sa stratégie à ce sujet en 2018. Dès lors, tous les cas de cybercriminalité seront interpellés.

Source: 
IMFURA