Cinq «produits innovants» pour réduire la facture de l’entretien routier.

A lire aussi

PhotoI inc.

Le 19 avril 2016, le Premier ministre camerounais, Philémon Yang, a rendu public un arrêté «mettant en vigueur le dossier-type d’appel d’offres spécialisé pour la passation des marchés d’entretien ou de réhabilitation des routes à l’aide des produits innovants ou non». Ce texte gouvernemental autorise désormais l’utilisation de cinq nouveaux produits dans la nomenclature de l’entretien des routes en terre au Cameroun, afin, apprend-on, de réduire la facture globale de cette activité, et de pallier l’insuffisance des carrières de latérite dans le pays.

Selon le Quotidien gouvernemental, qui cite des sources au ministère des Travaux publics, les cinq produits nouvellement autorisés sont : le Con-Aid/CBR Plus, fabriqué en Afrique du Sud ; le Rocamix de la firme chinoise Beijing Medecines & Healt products IMP ; les produits du System Consolid, fabriqués par une firme espagnole ; et le Pavement Composite Technology, fabriqué aux Etats-Unis par la société Integrated Traffic System Inc. Le Carboncor, produit sud-africain utilisé pour le revêtement à froid de la chaussée, a été également autorisé.

A en croire les experts,  une route en terre entretenue avec ces produits n’a pas besoin d’un nouvel entretien avant une période de 5 ans. Grâce à ces produits donc, le gouvernement devrait pouvoir faire des économies sur le budget global de l’entretien des routes, et ainsi augmenter le linéaire de routes entretenues dans le pays.

Afin de réduire davantage les coûts de l’entretien routier, l’Etat camerounais, apprend-on, discute actuellement avec les fabricants de ces différents produits innovants, afin que des unités de production soient montées au Cameroun, avec pour objectif principal de réduire les frais liés à l’importation desdits produits.  

Pour rappel, moins de 10% du réseau routier camerounais est entretenu, à cause de l’insuffisance des ressources financières destinées à ces travaux, soutient-on au Fonds routier. En effet, apprend-on, la principale ressource pour l’entretien routier est une partie de la taxe spéciale sur les produits pétroliers versée par les distributeurs des produits pétroliers. Cette redevance s’élève actuellement, précise l’administrateur du Fonds routier, à 55 milliards de francs Cfa chaque année, alors que l’entretien d’un seul kilomètre de route en terre, dont l’ensemble du réseau est estimé à 100 000 Km (le réseau bitumé non compris), coûte en moyenne 2 millions de francs Cfa.

 

Source: 
Investir au Cameroun