Changer le monde: Entretien avec Desy Danga

A lire aussi

@ IMFURA : Desy Danga

Au moment où nous secouons la tête à chaque nouvelle attaque de Boko Haram, nous entrons dans la tristesse, alors que certains veulent essuyer nos larmes. C’est en tout cas le travail de Desy Danga, lui qui a mis en place un site qui montre qu’il n’y a pas que les problèmes au nord du Cameroun, mais aussi la joie à travers les sites touristiques.

Il est également promoteur d’une marque wadjio dont la plus part des clients sont des gens sud. L’idée sociale est que les gens achètent et il prend 10 % de l’argent pour financer les études des enfants dans le grand nord. « Mais le problème est que dans ce pays lorsqu’on fait des choses il y a des gens qui vous ramènent vers le bas. Et comme les gens du nord ont des projets et qu’ils n’ont pas toujours la possibilité de se connecter, il va créer un incubateur. Selon Desy Danga, « la vie est un voyage. Et dans le voyage il y a des péripéties ». Les gens qui changent le monde sont ceux qui pensent différemment. « Be yourself ». Créer le bonheur, faites ce que vous aimez et ne vous laissez pas décourager, acheter vos t-shirt wadjo.

Très important et vraiment pratique, pour financer son business, il a économisé son argent, il a fait des premiers t-shirts et testé pour voir si les gens aimaient. Cela n’a pas toujours été facile. Cependant, maintenant ça va mieux. « On peut aussi se faire aider par une personne ou un membre de la famille ». « Parfois il faut être assez flexible. On peut garder son idée pour prochainement, aller chercher un certain financement par d’autres moyens et revenir après dans son projet » sont entres autres conseils complétés par Desy Danga.

Voilà en gros la quintessence du propos de ce vaillant garçon au grand cœur, tint noir ciré, visage apaisé et corpulence maitrisée. Rappelons surtout, que d’entré du jeu, il affirmait déjà que « le citoyen n’est pas seulement un consommateur c’est aussi un producteur de richesse. » Surtout, « il est important de se demander ce qu’on fait soit même pour changer les mentalités ». Merci pour l’hommage rendu à tous ceux qui tombent à Bamenda.

Source: 
IMFURA