Cameroun, Economie : 8 informations utiles à retenir ce mardi

A lire aussi

@DR

1-     Cameroun : La Banque mondiale prescrit une feuille de route pour l’émergence 2035

Pour devenir un pays à revenu intermédiaire haut d’ici 2035, le Cameroun devra accroître sa productivité et libérer le potentiel de son secteur privé. Telles sont les principales conclusions du Mémorandum économique du Cameroun (CEM) récemment achevé par la Banque mondiale (BM) et intitulé « Marchés, administration publique et croissance ».

Selon la BM, le PIB du Cameroun réel devra croître d'environ 8 %, ce qui nécessitera une augmentation du taux d'investissement d'environ 20% du PIB jusqu’à 30%, et une croissance de la productivité de 2% par an, comparée à son taux moyen de croissance de 0% au cours de la dernière décennie. « Maintenir un tel niveau de croissance pendant plus de 20 ans n’a été réalisé que par très peu de pays : la Chine, la Corée, le Vietnam, et le Botswana. Et seuls 5 % des pays de la planète sont parvenus à augmenter de 2 % leur taux de productivité des 25 dernières années », prévient la BM.

2-     L’Allemagne va octroyer une enveloppe de 9 milliards de FCfa pour l’agriculture au Cameroun

La République fédérale d’Allemagne débloquera bientôt une enveloppe de 9 milliards de francs Cfa, en vue de l’implémentation du Projet d’appui au développement rural (PADER) qui vise principalement les agriculteurs des trois régions septentrionales du Cameroun.

3-     Yaoundé et Douala dans le top 15 des villes africaines aux loyers de bureaux les plus chers

26 dollars, soit un peu plus de 16 000 francs Cfa. C’est le prix moyen du mètre carré de loyer que doit payer un opérateur économique désirant avoir un bureau dans la ville de Douala, la capitale économique camerounaise. Avec ce prix moyen du mètre carré du loyer de bureau, Douala est la 12ème ville africaine la plus chère.

Avec un loyer moyen au mètre carré de 22 dollars, soit environ 13 500 francs Cfa, Yaoundé, la capitale camerounaise, pointe à la 15 position en Afrique, selon l’étude «Africa Report 2017-Real Estate Markets in a continent of Growth and Opportunity» (Marchés de l’immobilier sur un continent en pleine croissance et riche en opportunités), que vient de publier le cabinet de consulting britannique spécialisé dans l’immobilier Knight Frank.

4-       9 milliards de FCfa dans la ville de Bertoua pour la construction d’un hôpital

A la fin de l’année 2018, un hôpital de référence devrait sortir de terre dans la ville de Bertoua, la capitale régionale de l’Est-Cameroun. C’est du moins le délai que vient de prescrire le ministre camerounais de la Santé publique, André Mama Fouda, aux responsables de la société marocaine Alliances Construction, adjudicataire de ce contrat.

La construction de cet hôpital qui s’étirera sur une superficie totale de 13 000 mètres carrés, fait partie du Plan d’urgence triennal pour l'accélération de la croissance économique, adopté par le gouvernement camerounais en décembre 2014, et dont le montant du budget est d’un montant de 925 milliards de francs Cfa. Les travaux de Bertoua coûteront 9 milliards de francs Cfa.

5-     Virement des fonds par internet : La BICEC fait un pas

Depuis fin mars 2017, la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne (Bicec), filiale du groupe français Bpce, propose le service « Teletrans Virement plus » dont le but est d’accompagner les entreprises dans la gestion de leurs virements électroniques unitaires et de masse (salaire, règlements fournisseurs, etc.).

Selon les explications de la banque, l’authentification de l’utilisateur est basée sur le « one time password », avec réinitialisation du code secret à chaque connexion. Ainsi, elle permet le transport sous protocole internet sécurisé, des fichiers d’ordre et de restitution clientèle, tout en s’adaptant aux architectures informatiques et aux volumes des opérations. Celles-ci peuvent être faites à partir d’un smartphone ou de tout ordinateur connecté à internet. Après s’être connecté grâce au login et au mot de passe fournis par la Bicec, l’utilisateur peut initier des virements et les confirmer grâce à la signature électronique.

« 2017 est une année de renouveau et de reconquête pour la Bicec. Nous allons continuer à développer la banque et poursuivre cette reconquête à travers de nouveaux produits, à l’image de Télétrans Virements plus », se réjouit d'avance Romain Lilie, directeur central Corporates à la Bicec.

6-     Financement des PME : Le Cameroun et la BID vont lancer un programme de 15 milliards de FCFA

Le gouvernement camerounais et la Banque islamique de développement (BID) ambitionnent de lancer un projet baptisé «microfinance Cameroun», qui permettra de financer des PME camerounaises à hauteur d’environ 15 milliards de francs Cfa, aux conditions édictées par la finance islamique.

L’information a été révélée en fin de semaine dernière dans la capitale camerounaise, au cours d’une réunion de restitution du «Projet microfinance Nord Cameroun (PMNC)», implémenté dans la partie septentrionale du pays et qui a permis, sur la période 2006-2010, d’injecter 600 millions de francs Cfa dans les Pme installées dans le septentrion.

7-     Compétitivité touristique : le Cameroun classé 25/34 en Afrique.

Dans son classement mondial de la compétitivité touristique publié le 6 avril 2017, le Forum économique mondial (WEF, en anglais) classe le Cameroun au 25ème rang africain sur 34 pays, tandis qu’à l’échelle mondiale, le pays pointe à la 126ème position. Dans la zone Cemac, le Cameroun est devancé par le Gabon, classé 20ème en Afrique et 119ème mondial.

Le Tchad ferme ce classement à l’échelle africaine, et se classe 135ème dans le monde. Les trois autres pays de cet espace communautaire à savoir la Guinée équatoriale, le Congo et la République centrafricaine (RCA) ne figurent même pas dans ce classement.

8-     Cameroun : une route de 205 Km ouvrant sur le Tchad et le Nigéria sera construite par l’armée

La position du Cameroun sur ce classement est d’autant plus compréhensible que les régions septentrionales du pays (Nord, Extrême-Nord et Adamaoua), qui abritent les sites touristiques les plus visités, font face à une remontée de l’insécurité depuis 2 ans.

Les travaux de construction de la route de 205 Km reliant les localités de Mora, Dabanga et Kousseri, dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, viennent d’être confiés au Génie-militaire, une unité spécialisée de l’armée camerounaise.

C’est la teneur d’un accord qui vient d’être signé entre les ministres de la Défense et des Travaux publics du Cameroun, après approbation de la Banque mondiale, qui finance ce projet routier estimé à environ 70 milliards de francs Cfa.

«On a collaboré pour s’assurer qu’on peut avoir un cadre de mise en œuvre par le Génie militaire, avec des dispositions qui assurent une bonne conduite sur le plan financier, sur le plan technique et même sur le plan des relations entre les communautés et le génie militaire. Cette unité va aussi assurer la sécurité des lieux et des personnes», a confié Elisabeth Huybens, la directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun. Selon les autorités camerounaises, c’est la première fois que la Banque mondiale cautionne l’attribution d’un contrat à une armée et non à une entreprise.

 

Source: 
Investir au Cameroun et IMFURA