Cameroun : 5 informations utiles à savoir ce jour

A lire aussi

@DR

1.      MTN va financer les clubs de 1ère et 2ème division

Avec éloquence, la PDG de MTN Cameroun, la Sud-africaine Philisiwe Sibiya a fait savoir que la firme de télécommunication avait décidé de « signer un contrat de trois ans pour sponsoriser le sport .» C’était le 17 Mars dernier au sortir d’une audience avec Ferdinand Ngoh Ngoh, le sécretaire général de la présidence du Cameroun. Tout commencera d’après Mme Philisiwe Sibiya, par le un contrat destiné à financer les clubs de 1ère et de 2ème division.

2.      Crise anglophone : le retour d’internet doit s’attendre impatientent.

Suspendu depuis le 17 janvier 2017, l’internet n’est pas toujours de retour dans les régions anglophones du pays. Et à en croire Mme Minette Libom Li Likeng, la patronne du ministère des postes et télécommunications, le retour à la normale « n’est qu’une question de patience et tous doivent mettre la main à la pâte »

Pendant ce temps, on devra encore additionner les pertes sèches qui s’approchent déjà le milliard de Francs Cfa. Une perte pourtant contraire aux intentions du Président Paul Biya qui a semblé dans ses différents discours, marteler la force que devrait occuper le « numérique dans le tissu économique » du pays.

3.      Attijariwafa renforce sa position concurrentielle

Selon Mohamed El Kettani, Pdg du groupe bancaire marocain Attijariwafa, la filiale au Cameroun (SCB) de ce groupe entend jouer un rôle déterminant dans le développement d’un marché des capitaux dynamique dans le pays. « Nous sommes demandeurs et la preuve est que nous avons pris la décision de créer une filiale de gestion d’actifs au Cameroun. Elle va également intervenir sur la dette publique », révèle t-il dans une interview accordée au quotidien gouvernemental Cameroon-Tribune, en marge de la dernière édition du Forum Afrique développement qui vient de s’achever à Casablanca, au Maroc.

Comme l’explique M. Kettani, la création au Cameroun d’ Attijari Securities Central Africa le 10 février 2016, avec compétence sur l’ensemble de l’Afrique centrale, « démontre la volonté de SCB Cameroun, grâce à l’appui de sa maison mère, Attijariwafa bank, de contribuer modestement à la modernisation des marchés des capitaux au Cameroun. Nous mettrons toute notre expertise et savoir-faire au service du pays ».

4.      9,6% de la population est touchée par l’insécurité alimentaire

Selon la revue stratégique de la sécurité alimentaire et de la nutrition au Cameroun, 9,6% de la population est touchée par l’insécurité alimentaire, a-t-on appris au cours d’une cérémonie de présentation de ce document, qui vise à mieux orienter les interventions de l’Etat et de ses partenaires dans le processus d’éradication de la faim dans le pays à l’horizon 2030.

Les statistiques sur l’insécurité alimentaire au Cameroun révèlent que la région de l’Extrême-Nord est la plus touchée, avec 35% de la population souffrant de la malnutrition, contre 0,7% dans le Sud-Ouest, 2% dans le Nord-Ouest, 3% dans le Centre et 4% dans le Littoral. La situation a empiré dans cette région septentrionale du pays depuis bientôt 3 ans, à cause des exactions de la secte islamiste Boko Haram, qui obligent les populations à abandonner les champs pour éviter la mort.

«Il ressort de cette étude qu’il y a un réel besoin de continuer à appuyer les efforts du gouvernement dans la lutte contre la pauvreté, l’insécurité alimentaire et la malnutrition», a commenté Abdoulaye Balde, le représentant-résident du Programme alimentaire mondial (PAM) au Cameroun.

5.      L’Italie revendique un partenariat fort avec le Cameroun

Selon les dernières statistiques du ministère du Commerce (Min-commerce) en 2015, l’Italie est le 8ème client du Cameroun derrière les Pays-Bas, l’Inde, la Chine, le Portugal, l’Espagne, la France et la Belgique et pèse pour 4,6% dans les exportations contre 9,3% en 2014.

Le Min-commerce indique que les entreprises italiennes au Cameroun (environ 50) sont en majorité concentrées dans le secteur de l’exploitation forestière, de la transformation du bois et l’agro-industrie, où elles emploient plus de 2000 travailleurs camerounais. A Douala, opère dans le secteur de la pneumatique et pièces de rechanges la société Pirelli. A Yaoundé, siège la fabrique de production de chocolat et pâte à tartiner Ferrero : l’une des entreprises étrangères les plus compétitives dans ce domaine, qui emploie environ 200 travailleurs.

Investir au Cameroun.

Source: 
IMFURA