Apprendre l'économie aux enfants pour mieux contenir les crises de demain

A lire aussi

Un enfant de 8 ans au Cameroun rêvant de devenir entrepreneur I DR

Au cours d’une rencontre avec une dizaine de jeunes âgés de 12 à 21 ans dans le cadre d'une formation financière, Philipe Leblanc s’est permis de donner des cours sur les rudiments de la finance et de l'investissement pour les enfants et petits-enfants. En le faisant, il s’est rendu à l’évidence au combien ces derniers avait de faibles bases sur les notions économiques.

C'est un exercice fort valorisant qui est prouvé par l'intérêt de ces jeunes pour le monde financier et économique en général. Avouons également qu'il est sidérant de constater que la grande majorité de nos jeunes ne connaissent que très peu ou pas du tout les concepts de base de la finance et de l'investissement. Que font nos écoles pour inculquer les principes élémentaires de l’économie et de l’investissement à nos jeunes ? Cela peut aussi expliquer la raison pour laquelle, de célèbres entrepreneurs ont toujours eu des réserves sur le rôle des écoles dans la vie de l’entrepreneur.

Mais justement, quels sont les grands principes de la finance et de l'investissement que nos jeunes devraient assimiler? La question n'est pas simple, car le monde financier est vaste et complexe. Voici tout de même les quatre concepts fondamentaux que nous tentons de transmettre à nos enfants :

- Tout commence par l'épargne. Pas d'épargne, pas d'investissement. La définition de l'investissement est le renoncement à une consommation immédiate dans le but de pouvoir consommer davantage plus tard. À mes débuts en finance, j'ai lu le livre «L'homme le plus riche de Babylone», de Georges S. Clayson, dont le principal message m'a toujours suivi: «Payez-vous avant les autres». On devrait adopter la discipline d'économiser (de se payer nous-mêmes) au moins 10% de nos revenus dès notre jeunesse. Ensuite, et seulement ensuite, vient la nécessité d'investir ces économies intelligemment.

- La magie des intérêts composés. Quiconque comprend bien le principe des intérêts composés comprend automatiquement plusieurs aspects fondamentaux de l'investissement. En premier lieu, rien ne sert de se presser pour devenir riche, il faut laisser le temps faire son oeuvre. Les jeunes que j'ai eu la chance de rencontrer hier ont un avantage presque injuste face à la grande majorité des investisseurs – leur âge et le temps. En deuxième lieu, le rendement obtenu à long terme. En raison du phénomène des intérêts composés, une petite différence de rendement fera une gigantesque différence dans votre richesse à long terme. Par exemple, pour un investissement identique, l'investisseur qui aura obtenu un rendement annuel composé de 8% se retrouvera après cinquante ans avec un pécule 2,5 fois plus que l’investisseur qui aura obtenu un rendement de 6%. On comprend donc l'importance de minimiser les frais, en commençant par les frais de gestion, mais en n'oubliant pas les frais de commission liés aux transactions et les impôts.

- L'inflation. Le phénomène de l'augmentation générale des prix des produits et services est également intimement lié à l'investissement. Si l'on renonce à une consommation immédiate, par exemple, l'achat d'une première voiture, pour investir 5 000$, on veut s'assurer que cet argent nous permettra d'acheter une voiture au moins équivalente dans cinq ou dix ans. Car il est fort probable que le prix de cette voiture aura augmenté d'au moins 10% dans cinq ans ou de près de 25% dans dix ans. L'objectif de tout investisseur devrait donc être d'obtenir un rendement au moins égal au taux d'inflation. Sinon, autant acheter cette auto tout de suite.

- Le rendement est associé au niveau de risque. Je crois sincèrement que ce concept de base de la finance est mal compris ou à tout le moins fréquemment oublié de nombreux investisseurs. Il n'y a pas de passe-droit gratuit, ce que les Américains appellent un «free lunch», en investissement. Les placements garantis ou très peu risqués offrent des rendements très faibles (pour vous en convaincre, demandez à votre banque quels taux elle vous offre pour un certificat de placement garanti) alors que les véhicules d'investissement plus risqués offrent la possibilité de rendements plus élevés: les actions en Bourse ont par exemple procuré un rendement annuel composé historique de près de 10% à long terme, mais elles sont aussi notoirement volatiles et connaissent régulièrement des périodes de fortes baisses.

On ne peut non plus m'empêcher de croire que les grands scandales financiers dans lesquels trop d'investisseurs ont perdu leurs fonds propres auraient pu être évités si davantage d'entre eux avaient mieux compris ce principe : lorsque l'on vous promet des rendements élevés sans risque, soyez sceptiques. Cela contrevient au principe qu'il n'y a pas de passe-droit et que ce qui semble trop beau pour être vrai dans le monde de l'investissement est très souvent une trappe à investisseurs.

Nos gouvernements échappent le ballon en n’initiant pas nos jeunes aux rudiments de la finance et de l'investissement. En plus, il est important que nos enfants s’occupent davantage de leur fonds de retraite. On peut aussi parler de leur argent de beignet pour la semaine au lieu de leur donner le jour au jour. Avec de telles prédispositions, on leur apprendra, d’économiser pour ne pas paraître vulnérable à la fin de la semaine. Nos gouvernements gagneraient à introduire des petites notions de ce genre dès les classes élémentaires. Car, en éducation comme en investissement, il faut penser à long terme. Le coût de cette carence chez nos jeunes pourrait être très lourd pour la société de demain.

Source: 
IMFURA